Forum consacré à la gladiature, reconstitution de combats, discussions théoriques, technique de combats, analyse d'iconographies...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gladiateur et conditionnement psychologique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
XANTVS
Admin
Admin
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 07/10/2010
Age : 48
Localisation : ARLES

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Sam 25 Déc - 12:35

Je prends le fil de discussion en cours. ce que je peux dire c'est encore une fois que les différences entre les eux et les autres sont plutôt sémantiques. quand nous parlons de cursus il ne faut pas entendre qu'il y a un gladiateur meilleur que l'autre, ou plus apprécié ou même qu'il soit ethnique ou technique. Une chose est sure c'est qu'il y a une progression dans les qualités physiques et les compétences à obtenir dans les différentes panoplies de la gladiature. Ceci est vrai d'un point de vue technqiue pure mais aussi d'un point de vue humain. dans le "drill" de n'importe qu'elle activité humaine c'est vrai car il y a des blocages psychologiques, des contraintes biomécaniques qui ne se débloquent que par étapes. cela ne veut pas dire que ça marche pour tous, tout le temps. Il y a une règle générale, une sorte de moyenne. Mais personne n'est exactement SUR la moyenne. Nous oscillons tous autour de la moyenne et tout l'art de l'entraîneur est justement de prévoir pour ses élèves les exercices qui améneront chacun à progresser au mieux de ses capacités. les panoplies éthniques rentrent elles aussi dans le processus mais pas dans une logique linéaire, montante ou descendante. Je ne suis pas en accord avec l'idée de gladiateurs condamnés. je pense qu'il faut bien faire la différence entre condamnés et gladiateurs. Comme Sénéque le dit "... ces comdamnés n'ont rien à voir avec les gladiateurs ordinaires ou réputés que 'on voit l'après midi" (Lettres à Lucillius). Les condamnés ne portent pas d'armatura et ne subissent pas d'entraînement. les ldui meridiani et les munera ont des liens mais ne sont pas pratiqués par les même personnes; J'espère que mon ami Kevin Kazec publiera sa thèse car ele est très explicative sur le sujet. c'est le même problème pour les chasses. Car les condamnés le sont "ad ferrulm" ou "ad bestiam".
en ce qui concerne les textes, ils sont souvent très mal interprétés par manque de connaissance technique sdes historiens et latinistes. je vais vous donner un exemple hors gladiature pour ne pas éxacerber les différences.
virgile dans l'Enéïde dit en parlant des pugilistes: "leurs mains passent et repassent sans ralâche entre leurs tempes et leurs oreilles". cette description fut interprétée en son temps par une historienne très connue par le fait que les pugilistes "se frottaient les oreilles avant de se frapper au menton." Elle ne pouvait pas comprendre le texte car elle ne visualisée pas les gestes très particuliers du pugilat antique qui sont inversés par rapport à la boxe moderne. Dans la boxe moderne les poings partent du visage ( en garde) vers la cible (le visage de l'adversaire) et reviennent en garde. dans le pugilat ils sont déjà vers l'avant ils repartent vers l'arrière et se replacent en garde tout en frappent la cible.
Ce que je dis c'est que bizarement quand ils s'agit de l'interprétation des textes anciens nous manquons souvent de circonception car nous voyons tout c'est auteur comme des personnes de grande valeur. ils ne sont que des "intellos", des politiciens de leur époque. aujourd'hui quand nous travaillons sur les discours de nos hommes politiques nous nous méfions. N'oublions pas ce qu nous a dit SPES sur l'art de la rhétorique.
Les textes anciens ne disent pas LA vérité mais une vérité. Par contre il est sur que les romains comme nous aujourd'hui marchent sur leurs pieds et courent de la même façon que nous! Même si de façon exceptionnelle une personne surdouée peut marcher très longtemps sur ses mains.
Pour conclure je dirais que cursus il existe mais pas de façon construite par les premiers "doctores" mais de façon empirique les armaturae se sont constitués en demandant des compétences de plus en plus importantes. Ce qui n'empêche pas que pendant longtemps la "mode" mettait en avant une paire symbolique et emblèmatique de l'opposition du monde romain et du monde "barbare": murmillon vs thrace. Juste une dernière chose pour dire que ce cursus doit se comprendre dans les pairs et n'ont pas simplement panoplies par panoplies. Ce qui ont fait le mastreclass de Metz ont pu le constater invivo. je suis d'ailleurs prêt à OFFRIR aux membres du forum. Une journée de travail sur le sujet.
Bonnes fêtes à tous.
VALE!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acta-archeo.com
Achillia
Admin
Admin
avatar

Messages : 1092
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 32
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Sam 25 Déc - 23:07

XANTVS a écrit:

en ce qui concerne les textes, ils sont souvent très mal interprétés par manque de connaissance techniques des historiens et latinistes.

Et je me permet de donner un autre exemple :

J'ai récemment écrit à une professeur agrégée ayant construit un superbe site sur l'Histoire dans sa globalité, site dont je ne donnerais l'adresse qu'en MP à ceux qui le souhaitent, pour lui signaler maintes erreurs sur sa catégorie consacrée à la gladiature.

Elle s'était basée uniquement sur de l'analyse d'images ou des auteurs certes précurseurs, mais trop " anciens " pour être en adéquation avec les découvertes plus récentes ( ex : Georges Lafaye. )

Ainsi, on retrouvait des erreurs type " Hoplomaque : grand bouclier, épée longue, poignard, lance. " Neutral
Cette méconnaissance de l'Hoplomaque s'explique sûrement par l'étymologie de son nom, qui signifie celui qui est armé. Anne Bernet dans son livre Les Gladiateurs tombe dans le même piège et fait de l'Hoplomaque un vrai couteau-suisse sur pattes. On se demande comment le pauvre tient toutes ses armes en main. C'est typique de la réflexion intellectuelle qui observe les images d'armes de l'époque, analyse une étymologie, et en tire une conclusion que tout combattant sait parfaitement improbable, voire impossible.

Autre exemple d'erreur classique : ne pas tenir compte de l'ensemble des éléments d'une image, et en tirer des conclusions erronnées. J'ai un exemple tout prêt pour ceux que ça intéresse.

Spes a écrit:

Je dirai d’abord que les gladiateurs ont souvent été présentés comme des
brutes épaisses ce qui est faux ; on sait que les ludus important
disposaient d’une bibliothèque et que les gladiateurs pouvaient y
accéder. Cela signifie qu’il n’étaient pas illétrés…

Ajoutons à cela que les auctorati devaient même être au-dessus de la moyenne, étant parfois de bonne famille ils ont pu suivre des études supérieures, parlaient sûrement grec et latin couramment.. Wink

Citation :

Je ne vais pas passer en revue tous les auteurs romains (...) mais plusieurs auteurs
(Tite-Liven Polybe, Cicéron, ( ... ) Don Cassius, Pline ,
Juvénal, Pétrone, Suétone, etc…). Ce sont loin d’être tous des intellos
en chaise longue : César par exemple était un homme d’action
incontestable et pourtant on ne peut pas dire que la modestie
l’étouffait.

Attention, tu compares un général d'armée avec de simples hauts dignitaires.. ce n'est pas réellement assimilable Wink
César si je ne m'abuse ne s'intéressait pas particulièrement à la gladiature, il n'a donc pas dû laisser de témoignage marquant dans le domaine : on lui reprochait de traiter son courrier personnel dans sa loge, pendant le spectacle. Erreur qu'Auguste a bien saisi et n'a pas commise, faisant au moins semblant de s'intéresser à ce qui se passait en bas.

Les auteurs que tu m'as cité, bien que cela ne remette en aucun cas leur prestige en question - dans un autre domaine - sont pour moi bel et bien des " intellos en chaise longue " Very Happy
Ce n'est pas méchant, ils ont une importance cruciale à leur époque, et nous aident aujourd'hui à comprendre bien des aspects de l'antiquité romaine.. mais ce ne sont certainement pas les mieux placés pour parler de gladiature, de jeux, de combats, de sport ou autre.


Citation :

Je pense que le travail que tu fais Xantus, avec Achillia et tous les membres de l’association

Attention, je tiens simplement à faire une petite mise au point : Xantus est un professionnel gérant de société, moi et les membres de Ludus Argentorate sommes les membres d'une association, et notre travail n'est pas le même Wink
Et lors de stages, nous sommes ses élèves.

Citation :

Par contre, il existe des techniques de manipulation qui permettent
d’amener des gens à adhérer à des choses qu’ils ne feraient pas
d’eux-mêmes.

C'est certain, et c'est un point important et intéressant que tu soulèves Wink

Citation :

Ne croyez- vous- pas, Achillia, Xantus, que beaucoup de gladiateurs ont
été victimes d’un marché de dupes : croyant risquer assez peu , ils
signaient pour leur mort car les statistiques montrent que l’on mourait
en moyenne au 9 ème combat or un gladiateur du haut empire s’engageait
au minimum pour3 ans et les contrats prévoyaient 3 combats par an au
minimum… Wink

Pour ma part : non.

Je pense sincèrement que ces hommes ( sauf exceptions de personnes peu réfléchies ) ont mesuré la teneur de leur engagement avant de le contracter. Je m'explique.

Il ne faut pas oublier que la gladiature a duré près de 800 ans. Des dizaines de générations. Or les gladiateurs avaient des enfants, de la famille, des amis, bref, des témoins de leur " carrière ". Si tous les gladiateurs ayant signé se retrouvaient morts avant la fin de leur contrat, je pense que les auctorati auraient très vite disparu du fait de la prise de conscience générale de cette mort sans échappatoire.
Et je ne vois pas comment, dans ces conditions, des hommes de haut rang n'ayant pas de souci d'argent mais uniquement une envie de gloire se seraient risqués à descendre dans l'arène.

Il devait cependant exister des hommes si acculés que même en sachant ce risque plus que présent, ils n'avaient d'autres choix que de s'engager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gladiature-vae-victis.e-monsite.com/
Achillia
Admin
Admin
avatar

Messages : 1092
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 32
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Dim 26 Déc - 0:50

Spes a écrit:
plutôt qu'une approche de type "ridiculisation de l'adversaire".....

Mais personne ne veut te ridiculiser ou ridiculiser les grands érudits des siècles passés ( je n'ai pas bien compris ce qui t'avait blessé ) Wink

Il s'agit de ne pas s'embourber dans un dialogue de sourds, ce qui n'est pas rare sur un forum...

Pour ma part, je ne dis absolument pas que Cicéron, Juvénal etc etc.. ne servent à rien en matière de gladiature ( je les cite sans cesse, y compris sur notre site ou en public ), mais ils sont pour moi une source secondaire d'informations, malheureusement nous n'en avons pas beaucoup d'autres, mais je veux dire que pour comprendre la gladiature, je préfèrerai mille fois m'appuyer sur un journal de bord de lanista ou sur un cahier que tiendrai un vulgaire plébéien aficionado des Jeux.

A titre de comparaison simpliste au possible, si dans 2000 ans on lisait un discours de Chirac ou de Juppé sur le foot, ça risque fort de ne pas être aussi fiable que si on lisait un Aymé Jacquet, un JPP ou un Platini.
Chacun son domaine, et les érudits en caressent certes beaucoup, mais ne sont pas pour autant une référence dans TOUS les domaines Wink

Citation :

on ne peut gommer les écrits d'un trait de plume et encore moins tenir pour mals informés des chercheurs qui ont consacrés leur vie à l'étude de la civilisation romaine et la vérification de plausabilité également indispensable. .

Mais il n'est pas question de les gommer.. Je crois pouvoir dire que tous sur ce forum nous avons commencé par lire ce qui existait déjà sur le sujet.. Ville, Veyne, Lafaye, etc..
Moi la première.
Tout se tient lorsqu'on se contente de lire.. des interrogations parviennent lorsqu'on commence à pratiquer.

Citation :

Je pense que les écrits et les actions ont une complémentarité et ne sont pas en compétition.
je suis plus mesuré sur le côte "humain ou volontariat... Et ce n'est pas pour vous embêter
Very Happy

On s'en doute bien Wink

Mais alors dis nous donc : que penses-tu qu'étaient les gladiateurs ? psychologiquement parlant je veux dire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gladiature-vae-victis.e-monsite.com/
Blastus

avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 21/10/2010

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Dim 26 Déc - 10:57

Bien que faisant moi-même de la reconstitution, je partage l’avis de SPES. Je pense même que les notables dans l’antiquité étaient les premiers concernés par la gladiature.
Ces instruits (je n’aime pas le mot intello) connaissaient le monde des armes. Leur carrière politique imposait souvent un service militaire. Et on peut imaginer que dans leur jeunesse, ils avaient été sérieusement formés à l’escrime.
De plus, ce sont souvent eux qui organisaient les spectacles. Ce qui impose un minimum de connaissances.
Et enfin, rien que par démagogie, ils se devaient d’y assister et d’en connaitre un minimum.
Bref ils devaient en savoir bien plus, y compris au niveau technique, que le pauvre plébéien jamais sorti de son quartier…
Est-ce que le politicien, homme d’affaires, intello Bernard Tapis affraid connait moins bien le foot qu’un supporter du virage nord ?
geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blastus

avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 21/10/2010

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Dim 26 Déc - 11:15

Bref pour moi, il y a les textes, les preuves archéologiques qui sont des faits.
Et les interprétations qu’on en a qui sont des suppositions.
La reconstitution historique offre un nouvel angle de lecture pour mieux les comprendre, comme Xantus l’a montré avec son exemple du pancrace. C’est juste un moyen de comprendre, pas une science en soi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achillia
Admin
Admin
avatar

Messages : 1092
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 32
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Dim 26 Déc - 15:58

Blastus a écrit:
Bref ils devaient en savoir bien plus, y compris au niveau technique, que le pauvre plébéien jamais sorti de son quartier…
Est-ce que le politicien, homme d’affaires, intello Bernard Tapis affraid connait moins bien le foot qu’un supporter du virage nord ?
geek

Le plébéien à qui on offrait parfois 100 jours de Jeux par an, gratuitement, et qui devait bien y passer du temps à mon avis Wink

Bernard Tapie est un exemple bien choisi : c'est un passionné de football.. ce qui est loin d'être le cas de tous les hommes d'affaire, tu en conviendras Very Happy

Citation :

La reconstitution historique offre un nouvel angle de lecture pour mieux les comprendre, comme Xantus l’a montré avec son exemple du pancrace. C’est juste un moyen de comprendre, pas une science en soi…

Je suis d'accord, c'est une redécouverte à travers un autre angle Wink


Citation :
Blastus a raison sur les notables qui utilisaient la gladiature politiquement (comme certaisn élus qui vont voir le foot pour être "vus"...

Tout à fait, l'arène politique comme disait Veyne.. il y a un sujet consacré à cela si ça t'inspire - ça m'intéresse aussi - Wink


Citation :

En tout cas Achillia, si je débats, je parle franchement mais n'y voit pas d'agressivité: mais si continue à m'embêter, je te défie dans un duel au x choux à la crème à 20 mètres jusqu'au 1er sang

Je ne suis pas sûre que tu gagnes Very Happy

Citation :

Faire le portrait psychologique d'un gladiateur, je n'ai pas la prétention de pouvoir le faire. J'aimerai bien vous entendre là-dessus: je suis surtout là pour apprendre...

Je n'en ai pas la prétention non plus. Et je pense honnêtement que personne ne peut se vanter de l'avoir.
Pourquoi ?
Parce que nous travaillons avec des armes non létales, inoffensives. Les combats peuvent certes être " violents " et " douloureux ", mais en aucun cas on ne risque la mort, que ce soit par suite de blessures ou par décision du public.
Nous avons donc une notion d'appréhension, de stress ou d'angoisse tout au plus, mais rien à avoir avec l'émotion que devait ressentir un homme qui s'apprête à combattre en sachant qu'il peut y laisser la vie.

La seule piste éventuelle serait de se pencher sur des témoignages directs de personnes ayant risqué leur vie consciemment, j'entends réellement risqué en allant au-delà d'une mort plus que probable, mais véritablement présente.
On peut donc écarter tous les sportifs de l'extrême, qui eux évoluent dans des contextes sécurisés, calculés, où le risque est certes présent mais ne constitue pas une hypothèse mais une triste exception - je pense aux coureurs de Formule 1, on se rappelle de Seynna, aux base-jumpers, aux alpinistes ou aux navigateurs.

En revanche, tu ramènes souvent le sujet aux militaires type commando. Peut-être, niveau psychologique, peut-on effectivement étudier le cas de soldats devant évoluer dans une zone de combats.
Hommes libres, engagés volontaires, formés, de tous âges et de toutes conditions, on leur donne l'ordre de charger et de s'exposer à la mitraille et aux obus ennemis.
Que se passe-t-il dans la tête d'un homme qui entre dans l'arène / qui sort de sa tranchée ?

Dans la série de Steven Spielberg, Band of brothers, il y a au début de chaque épisode une interview de quelques vétérans de la 101ème aéroportée.
Dans une bataille comme celle de Bastogne, on voit bien tout le désespoir, le dégoût, la rage de ces hommes, dirigés de plus par un incompétent notoire.
Et pourtant, le supérieur leur ordonne de quitter leurs trous de souris et de charger en terrain découvert sous les mitrailleuses ennemies, et ils y vont. Quand on leur demande ce qui se passait dans leur tête à ce moment, tous sont unanimes : on ne discutait pas les ordres, on ne réfléchissait pas, on obéissait.

La peur de la cour martiale, du conseil de guerre ? ça n'a jamais empêché les mutineries, on l'a vu en 17.
La loyauté, le courage ? ça ne toucherait pas aussi globalement et uniformément tous les individus, mais uniquement quelques hommes de valeur. Alors quoi ? un conditionnement psychologique, un renoncement intellectuel total, une rage de l'ennemi lié au traumatisme de toutes les horreurs de l'ennemi déjà vues ? ( les camarades tombés au front / dans l'arène ? )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gladiature-vae-victis.e-monsite.com/
Achillia
Admin
Admin
avatar

Messages : 1092
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 32
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Gladiateur et conditionnement psychologique   Dim 26 Déc - 18:15

Spes a écrit:


Pour parler plus clairement, on sait que certains sportifs de l'extrême connaissent des sensations de plaisirs extrêmes en liaisons avec leur sport.. Wink

Oui, et que les pendus ont une érection avant la chute - c'est gore, pardon -.

Je me permets de scinder le sujet vu le changement d'orientation où l'on s'engage Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gladiature-vae-victis.e-monsite.com/
Achillia
Admin
Admin
avatar

Messages : 1092
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 32
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Lun 27 Déc - 0:44

Je ne jugeais pas king

J'ai scindé le sujet mais ça n'a rien de dramatique hein, c'est habituel sur un forum Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gladiature-vae-victis.e-monsite.com/
deprosagios



Messages : 137
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 42

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Mer 29 Déc - 16:12

Spes a écrit:
Ne croyez- vous- pas, Achillia, Xantus, que beaucoup de gladiateurs ont été victimes d’un marché de dupes : croyant risquer assez peu , ils signaient pour leur mort car les statistiques montrent que l’on mourait en moyenne au 9 ème combat or un gladiateur du haut empire s’engageait au minimum pour3 ans et les contrats prévoyaient 3 combats par an au minimum… Wink

Pourrais-tu citer tes sources? Ca m'intéresse.
Sans en contester le résultat, si les gladiateurs mourraient au bout de 9 combats en moyenne, c'est que la moitié survivaient à ces 9 combats, donc au contrat qui les liait... J'ai également lu dans "l'Homme romain" (Andrea Giardina) que la moitié des soldats romains arrivaient à la fin de leur engagement : on est dans le même type d'engagement : assurer sa subsistance au prix d'un risque égal de mourir précocement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achillia
Admin
Admin
avatar

Messages : 1092
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 32
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Mer 29 Déc - 17:12

deprosagios a écrit:

Sans en contester le résultat, si les gladiateurs mourraient au bout de 9 combats en moyenne, c'est que la moitié survivaient à ces 9 combats, donc au contrat qui les liait...

Sanc compter les esclaves vendus à un laniste et, par leur réticence ou leur manque d'aptitude à la pratique du combat, mourraient en tirones, ce qui représente un chiffre important dans le pourcentage et trompe les statistiques.
Les professionnels volontaires et bien entraînés devraient faire l'objet de statistiques à part ( ce qui est impossible )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gladiature-vae-victis.e-monsite.com/
XANTVS
Admin
Admin
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 07/10/2010
Age : 48
Localisation : ARLES

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Mar 4 Jan - 20:13

Je suis content de voir que quelques mots écrits volontairement pour dérangés ont fait leur effet.

Je pense que Butus et Spes n'ont pas compris mon propos.
Les intellectuels antiques pour lesquels j'ai un profond respect je les étudie et je lis autant que possible tous ces grands noms. je collabore avec des professeurs de lettres classiques de l'université de montpellier et d'aix en provence et je prends en compte aussi l'archéologie. Je ne suis pas un simple sportif. Ceux qui ne m'ont jamais rencontré directement se font souvent cette idée. Je suis un provocateur n'ont pas un provocator. Les auteurs modernes: Robert, Ville, Bernet et bien d'autres encore font des interprétations en prennant en compte ces mêmes données mais n'ont pas pris en compte l'archéologie expérimentale. Pourtant les préhistoriens travaillent avec l'expérimentation depuis bien des années. JE NE FAIS PAS DE RECONSTITUTION!! je n'ai pas les compétences les qualités pour la reconstitution comme peut le faire et très bien la Pax Augusta. Je fais un travail sur les gestes et uniquement les gestes de combat et les gestes sportifs en général. dans l'antiquité au moyen-age mais aussi sur d'autres périodes. Et si il faut prendre en compte la psychologie, la manipulation des troupes et autres données de la neuro science moderne, il faut aussi comprendre que le corps a un mode de fonctionnement et celui-çi ne dépend pas de la période étudiée ni même de la région étudiée. Un coup de poing et un coup de poing. Un doctor est plus qu'un simple gladiateur. Il cherche, comprend, travaille pour améliorer les techniques de ses combattants. un simple spectateur ( intello ou pas) qui va voir un match de foot ne voit que la partie visible de l'iceberg. pour la gladiature c'est pareil. un cicéron (voir autre poste sur même forum) comme je l'ai déjà dit utilise des termes gladiatoriens en tant que spectateur assidus des munera mais ne peut pas en tant que notable à son époque dire qu'il est favorable à la gladiature. ce n'est pas moi qui le dit mais le spécialiste montpellierain de la gladiature: le professeur Martin (colloque de 2004 université de Nîmes) idem pour Tite Live professeur Devillers université de Bordeaux. Alors attention de ne pas me faire dire ce que je n'ai pas dit mais n'oubliez pas de tenir compte des réalités physiques. Je l'ai déjà proposé mais je le redis: Je vous invite TOUS à venr partager un bon repas et une bonne journée de travail chez moi. Nous vous logerons volontiers!
encore milles mercis de faire vivre avec autant de ferveur le forum.
et encore Bonne année à tous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acta-archeo.com
XANTVS
Admin
Admin
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 07/10/2010
Age : 48
Localisation : ARLES

MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   Mar 4 Jan - 21:21

Spes: de quelles estimations tu parles. Parce que là je comprends pas. Ville il est allé voir quoi sur place les documents archéo? les textes? les combats?

Spes a ecrit "les estimations de VILLE sont les seules qui soient indicatives à défaut d'être exactes"

il faut que nous parlions bien des mêmes choses et donc de choses précises. Ville dit des choses très juste mais aussi de grosses bêtises lié au fait qu'il ne prend pas en compte l'expérimentation correcte des armaturae.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acta-archeo.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gladiateur et conditionnement psychologique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gladiateur et conditionnement psychologique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conditionnement, emballage des œuvres de petits formats en 3D - ARAAFU
» Test psychologique entre nous pour rire
» Géant du chaos et ogre gladiateur
» duo gladiateur
» [diorama] Gladiateur SDA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nemesis pro nobis :: La gladiature :: La période dite " Age d'Or "-
Sauter vers: