Forum consacré à la gladiature, reconstitution de combats, discussions théoriques, technique de combats, analyse d'iconographies...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le mou-rmillon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AIAX



Messages : 70
Date d'inscription : 12/09/2014
Localisation : Reims

MessageSujet: le mou-rmillon   Mar 21 Oct - 23:15

Bonjour à tous, j'aimerais vous faire part d'une observation venue de ma pratique et de l'analyse que j'ai pu faire de plusieurs combats que j'ai pu voir.
Cette pensée peut se résumer ainsi: je suis extrêmement surpris de la passivité, voire de l'immobilisme de certains mirmillons qui se contentent parfois de tourner sur eux-mêmes comme des tourelles avant de foncer droit devant d'une manière brutale et je dois le dire qui me semble parfois pataude.
Je sais ce que vous aller m'arguer bande de petits malins Very Happy oh oui je le sais! Vous allez me dire que le mirmillon est celui "qui cède la place" et donc l'initiative et que son étymologie peut renvoyer au mur car il combat "comme du haut d'une muraille". Néanmoins, je trouve qu'en plus de manquer d'efficience, cela est contraire à mes déductions, tant empiriques que théoriques.
Je combat, vous l'aurez compris, sous l'armatura des mirmillons et j'en ai une approche beaucoup plus dynamique où non seulement je ne me contente pas de guetter la faille mais où je vais la créer que ce soit en pilonnant mon adversaire au scutum, en le harcelant de mon glaive, en détruisant son équilibre à coup de balayage et de coups de pieds et en le cueillant du poing ou de la crête sur ses mouvements... Je ne suis pas un cabri à sauter partout mais je suis pas un rhinocéros et encore moins un veau qu'on mène à l'abattoir Very Happy
De plus cette pratique attentiste si elle peut avoir de vagues chances contre un thrace, et je n'y crois guère, est pour moi suicidaire contre un hoplo!
Je suis évidemment convaincu que chaque combattant apporte son style à l'enrichissement de son armatura et qu'il a existé autant de styles de mirmillon que de mirmillons ; de la même manière qu'on peut différencier les styles de Mohammed Ali et Mike Tyson, pourtant tous deux boxeurs d'anglaise...

Je suis très intéressé de connaître vos avis et vos pratiques sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cethegianus

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/11/2010

MessageSujet: Re: le mou-rmillon   Mer 12 Nov - 17:45

Il y a une chose avec laquelle je suis bien d'accord dans l'argumentation d'AJAX : il y a autant de styles que de combattants. C'est d'ailleurs comme ça qu'on peut expliquer la différence de valeur et/ou de notoriété des gladiateurs antiques dans une même Armatura.
A égalité d'expérience et de connaissance technique, c'est la condition physique qui fera toujours la différence.
Il n'en reste pas moins que, au delà des influences individuelles, la gladiature avait ses règles et surtout ses habitudes (vestimentaires, d'équipements, de comportements).
Un mirmillon n'est pas forcement passif mais il ne peut, compte tenu de son équipement, se comporter longtemps de manière ouvertement offensive.
Utiliser un "myrmillonicum scutum" pour percuter est possible, mais combattre comme un "provocator" est, à mon avis, suicidaire car même avec une condition" d'enfer" et une constitution exceptionnelle, l'épuisement arrivera rapidement.
Si l'attitude" des mirmillons avaient la possibilité d'être différente de l'image habituelle du "mur" ou de la "tour", quelle nécessité aurait eu cette armatura, opposée au Rétiaire, d'évoluer vers le SECUTOR, qui comme son nom l'indique est tourné vers l'offensive et la poursuite.
Je crois en effet que le Myrmillon avait un style lourd, peu aerien et bien "ancrer en terre". Le "talent" d'un bon combattant mirmillon était d'être patient et endurant pour "encaisser" sans flancher et avoir assez de "jus", à tout moment, pour attaquer ou contre-attaquer de manière fulgurante lorsque l'occasion se présentait, c'est un style de combat, pas une attitude passive.
Oui, je sais AJAX, tu vas me dire que la différence d'équipement entre le mirmillon et le sécutor, ne favorise pas ce dernier, au niveau du poids, de l'encombrement et du champ visuel. c'est vrai, mais la vulnérabilité du mirmillon (surtout face au rétiaire.. mais aussi face à l'hoplo) avec son casque à tôles fines et grand cimier, à elle seule doit expliquer cela.
Le débat reste ouvert, mais je pense qu'un doctor, ayant vu un combattant "explosif"et débordant d'énergie, l'aurait dirigé vers d'autres armaturae
que celle du mirmillon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AIAX



Messages : 70
Date d'inscription : 12/09/2014
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: le mou-rmillon   Mer 12 Nov - 17:59

Argument intéressant je le concède, néanmoins, ce qui distingue le mirmillon du secutor est pour moi l'adaptation au combattant extrêmement spécifique qu'est le rétiaire. Je suis d'accord avec toi, le secutor est indubitablement orienté dans la fulgurance de la contre-attaque alors que le mirmillon est justement, à mon sens, plus équilibré entre attaque, défense et contre-attaque quoique sa posture plus droite infléchit nécessairement son style général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cethegianus

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/11/2010

MessageSujet: Re: le mou-rmillon   Mer 12 Nov - 18:19

Nous sommes d'accord. je ne vois rien à ajouter.
Pour revenir sur un détail, (cela ne changera pas le monde de la gladiature, j'en ai bien conscience...)
Si les diverses sources indiquent bien des frappes à coup de casque, elles ne mentionnent jamais de coups de pied... peut-être un règlement
à un moment donné, interdisait cela ou alors les artistes de l'époque n'ont pas jugé bon de relater ces
gestes (jugés peu esthétiques ou peu techniques peut-être?).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AIAX



Messages : 70
Date d'inscription : 12/09/2014
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: le mou-rmillon   Jeu 13 Nov - 20:36

Si tu regardes attentivement on a peu de sources, autres que les conclusions de l'archéologie expérimentale, qui indique des coups de crête. La source visuelle n'est pas un manuel du parfait petit combattant mais la représentation d'un combat ou d'une séquence précise de celui-ci. L'exclusion sur cette base des techniques de jambes en frappes alors qu'on dispose par ailleurs de techniques en crochetage me semble abusive. Je reste néanmoins conscient de la dimension spéculative de cette hypothèse et que l'affirmation péremptoire de son existence serait tout aussi abusive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cethegianus

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/11/2010

MessageSujet: Re: le mou-rmillon   Jeu 13 Nov - 22:03

En effet, il est certainement abusif de s'interdire les coups de pied car physiquement et techniquement rien ne l'empêche.
Mais puisqu'il y a doute, la doctrine de notre groupe est de présenter au public des techniques attestées et de lutter autant que possible contre les clichés et idées fausses véhiculés, il est alors logique de les exclure lors des prestations officiels. (Lors des entrainements, pourquoi pas, mais en faisant attention de ne pas en faire un réflexe.) C'est un choix qui en vaut un autre.
Un geste proche mais totalement différent dans l'esprit (prendre appui avec le pied sur le Umbo du bouclier de l'adversaire pour s'élever ou sauter)
est à mon avis, plus admissible ( pour un Thrace par exemple...) parce qu'il ne s'agit pas d'un coup porté, mais là encore je dois reconnaitre qu'il n'y a pas plus d'argument iconographique pour qu'il soit incontestable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baidos



Messages : 12
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: le mou-rmillon   Mer 26 Nov - 11:49

Il y a autre chose qui rentre en compte dans le mode de combat du mirmillon et qui n'est pas à négliger, c'est son adversaire. Pour moi, tout depend du Thrace qui est face à toi. Si tu as un Thrace un peu figé ou peu offensif, tu vas être obligé de le harceler pour le forcer à bouger et assurer le spectacle (unique but du combat), mais si tu es opposé à un Thrace actif, tu n'auras quasiment pas besoin de beaucoup bouger.
Celui contre qui je combat régulièrement est très actif et vif et si je me découvre, la sanction est immédiate, du coup, hors de question de porter le moindre coup de pieds. Il ne me reste que un peu de harcèlement au pugio et grignoter le terrain pour etre à porter de charge.
De plus, de sa bouche même, si je suis bien en place derrière mon scutum, il devient tres difficile pour lui de m'atteindre.

Pour l'opposition avec l'hoplo, le combat est complètement différent. Tu va être obligé de le poursuivre un peu à la manière du sécutor. Personnellement, en plus de la poursuite, je tiens aussi mon scutum différemment pour ne pas lui laisser la possibilité de m'aligner. De plus, pour moi, si l'hoplo n'est pas hyper actif avec sa lance, il signe sa perte car il te laisse le temps de préparer ta charge et sa lance le gênera pour réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AIAX



Messages : 70
Date d'inscription : 12/09/2014
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: le mou-rmillon   Mer 26 Nov - 12:28

Je suis d'accord avec toi Baidos quant au fait de s'adapter à son adversaire, tant en fonction de son armatura que de son style. Malgré tout même contre un thrace actif comme tu dis je construis mon combat et mes "pièges" par divers outils techniques dont notamment le déplacement, de ma position de scutum ou celui de mon corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le mou-rmillon   

Revenir en haut Aller en bas
 
le mou-rmillon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nemesis pro nobis :: Les combattants :: Le Mirmillon-
Sauter vers: